Jacques Maurice

accompagne

 Diane Reyes et Quentin Louarn
Jacques Maurice

Jacques est depuis 40 ans donateur de Frères des Hommes. Au cours de son parcours professionnel entre ingénierie et management (qu’il enseigne maintenant à l’université d’Angers), il a toujours fait sienne les « valeurs humaines » qu’on lui a transmises, « c’est un peu mon terreau ». Ce « lien privilégié  » avec Frères des Hommes, il le concrétise en s’engageant dans la Pépinière. « Le fait d’être en relation avec des jeunes dans le cadre de mon activité de prof à la fac d’Angers, le goût que j’y porte et puis mon attachement certain à la solidarité internationale, ça m’a fait dire que je pouvais jouer un rôle de bénévole dans cette démarche de Pépinière. » Pour lui l’essentiel est de « trouver des porteurs de projet qui vont permettre de satisfaire un besoin précis chez les partenaires  ». Mais pas du jour au lendemain, « il faudra avoir pas mal de patience parce que ce sont des choses qu’on construit petit à petit et on est qu’au début ».

Diane Reyes et Quentin Louarn

Depuis le centre de la Colombie, dans la région andine, Diana a traversé l’Atlantique en 2014 vers la France. Dans ses bagages une expérience « sur le terrain avec les missions de paix en Colombie », expérience qu’elle a prolongée en France en intégrant deux masters, un sur les droits de l’homme et un autre sur la coopération internationale et le développement durable. « J’aime me confronter à d’autres réalités et trouver des solutions avec les populations concernées », dit -elle. C’est ce que la Pépinière lui permet de faire « avec des partenaires à l’étranger que je n’aurais pas pu trouver toute seule.  » Pour Quentin c’est aussi l’interculturalité qui l’a aussi amené à frapper à la porte de la « Pépi » : « A mes yeux, la compréhension, l’ouverture d’esprit et l’écoute sont le socle d’un projet de solidarité internationale, il est primordial d’écouter ce que les populations locales ont à dire ».