Cultivons le tourisme solidaire avec les paysans haïtiens

collecte-achevee
Collectés
1951 €
Donateurs
37
Je soutiens un autre projet

« Allier tourisme et solidarité »

LE PROJET EN UN COUP D'ŒIL

À l’heure où le tourisme est partout en expansion, une nouvelle forme de voyage émerge. C’est notamment le cas en Haïti, plus précisément dans le centre du pays, où le Mouvement paysan Papaye (MPP) propose aux voyageurs des circuits de tourisme solidaire. Ces circuits ont été mis en place en 2016 par deux anciens « Pépins ». Afin de rendre visible le projet et de le faire évoluer, il faut mettre en place des actions de communication. C’est le but du projet de Claire : encourager les touristes à venir découvrir ces circuits, en rendant attractif la destination du Haut plateau central et montrant qu’on peut être touriste et participer en même temps au développement d’une communauté.

Retrouvez la page Facebook du/des pépin(s)

En vidéo

LES PROTAGONISTES

Claire Bonnamour
Claire Bonnamour

Après être partie en Haïti en tant que volontaire pour Frères des Hommes, Claire y est retournée en tant que Pépin. Diplômée d’une formation en droit et en communication, elle rencontre Frères des Hommes et son partenaire Haïtien le MPP (Mouvement paysan Papaye) en 2015. Elle découvre un mouvement très soudé, la solidarité paysanne et l’agroécologie. A la fin de son volontariat, Haïti et le MPP ne la quittent pas et elle retourne dans le pays en 2016, pour un mois. Là-bas elle fait la connaissance de Johann et Lola, un couple de Pépins qui sont en train de monter un projet de tourisme solidaire avec le MPP. Invitée par le couple, Claire participe à la communication du projet. A la fin de celui-ci, les circuits touristiques sont prêts mais manquent de visibilité, c’est à ce moment que Claire prend le relais avec son projet.

Jean Antoine Fina
Jean Antoine Fina

Éducateur de formation, il a travaillé plus de trente ans pour une structure accompagnant des personnes atteintes de handicap. Cet envie d’aider « l’autre », il a voulu la prolonger, mais pas n’importe comment : « on peut aller vers les autres mais pas forcément tout azimut. Pas de la charité. Ne pas dire voilà c’est comme ça qu’il faut faire ou faire à la place de ». Sa réflexion est tout aussi poussée sur le rôle du tuteur : « Je dirais que le rôle de tuteur c’est de s’adapter au Pépin. Il y a toujours une question d’adaptation. Je m’adapte à sa personne, à sa façon de penser et je vois en quoi je peux être utile. »

 Mouvement paysan Papaye
Mouvement paysan Papaye

Créé il y a 40 ans sur le Haut Plateau Central en Haïti par un agronome haïtien, Chavannes Jean-Baptiste, l’association regroupe aujourd’hui plus de 60 000 membres. L’organisation repose sur trois piliers, les groupements de femmes, de jeunes et d’hommes. Aujourd’hui environ 30 % des membres du mouvement sont des femmes. Le mouvement est à la fois un mouvement de défense des droits des paysans et une ONG de développement qui soutient la paysannerie dans ses activités économiques (don de semences, bétail, matériel, accès au micro-crédit par exemple), permet un accès à des formations (formation locale, formation universitaire à l’étranger) et fournit des services de base (santé, accès à l’eau). Le MPP compte 100 salariés.

+ d'infos

Contexte

Cinq ans après avoir été frappé par un séisme dévastateur, Haïti se trouve dans une situation économique, politique et sociale extrêmement fragile. La pauvreté touche près de 60 % de la population et les paysans sont les plus affectés : près de 75 % des habitants en zone rurale vivent sous le seuil de pauvreté. Depuis le séisme, les pouvoirs publics concentrent les investissements dans le tourisme et l’agro-industrie, délaissant le secteur de l’agriculture familiale qui représente pourtant un quart du PIB haïtien et concentre 40 % de la population active. Le choix des autorités a été de privilégier la mise en place de projets industriels, comme l’installation de mines (sans consultation de la population), qui dégradent un environnement déjà fragilisé par une déforestation massive.

Activités

Le projet de Claire s’est centré sur la visibilité du projet de tourisme solidaire, à travers la fabrication d’outils de communication (digitaux et papier) et la diffusion de ces outils dans les centres touristiques en Haïti. Tout au long du projet, elle a été accompagnée par l’équipe du MPP et par Sarah H, notre volontaire auprès du mouvement paysan. En dehors de cette action de communication, Claire a aussi contribué à mettre en place de nouveaux circuits de tourisme solidaire.

Budget

6272 € dont 3841 € par le biais de la collecte.