"Ce n’est pas un hasard si j’ai rejoint la Pépinière" - La pépinière de la solidarité internationale

"Ce n’est pas un hasard si j’ai rejoint la Pépinière"

Médecin de formation, puis cadre dans de grosses entreprises du CAC, Louise Nimier vient d’intégrer la Pépinière comme tutrice, elle a accepté de répondre à quelques questions sur son engagement auprès des futurs Pépins.

Pour quelles raisons as-tu rejoint la Pépinière de la Solidarité Internationale ?

Ce n’est pas un hasard si j’ai rejoint la Pépinière. Je me suis renseignée auprès de ma mairie pour en savoir plus sur les associations pour lesquelles je pouvais m’engager. Je cherchais un dispositif à taille humaine et non une énorme structure. Quand j’ai entendu parler de la Pépinière, je me suis dit que c’était exactement ce que je recherchais. Cette qualité qu’à la Pépinière d’accueillir des personnes qui n’ont pas d’expertise correspond à mon besoin d’apprendre et de transmettre.

Qu’est-ce que ça signifie pour toi de t’engager en tant que tutrice, qu’est-ce que tu espères en tirer ?

Bien qu’ayant aucune expérience particulière dans le domaine de la solidarité internationale, j’ai été amenée dans mon rôle de manager à accompagner des personnes et des projets. Dans ma jeunesse, je n’ai pas eu la chance de pouvoir faire une coupure dans ma vie d’étudiante pour réaliser un projet comme ceux que portent la Pépinière, et quand je vois toutes ces personnes qui ont envie de faire une coupure intelligente, utile, je me dis que c’est une opportunité unique de pouvoir mettre en œuvre mes capacités d’accompagnements. J’en tirerai une grande satisfaction de pouvoir aider les Pépins à formuler leurs projets et leur permettre d’arriver au bout de leurs aspirations.

Est-ce que tu as une définition personnelle de la solidarité internationale ? Qu’est-ce que ça représente pour toi ?

La solidarité internationale, c’est sortir de sa zone de connaissance, de ne pas être influencé par tout ce qui peut être dit dans les médias mais plutôt de parler directement aux personnes concernées, qui connaissent le terrain et qui ont des besoins clairement exprimés. C’est se baser sur des individus qui œuvrent localement et leur apporter une contribution dans un esprit de solidarité. La solidarité est un mot qui a une valeur très forte à mes yeux.

Partager

facebook twitter