« La richesse de la Pépinière, c’est d’impliquer les bénévoles au cœur de la réflexion » - La pépinière de la solidarité internationale

« La richesse de la Pépinière, c’est d’impliquer les bénévoles au cœur de la réflexion »

Le 6 et 7 Octobre, les bénévoles de la Pépinière se sont retrouvés à la Cité Universitaire de Paris pour donner le coup d’envoi de l’année 2018 – 2019. Robin, le chargé de communication de la Pépinière, était présent lors de la première journée. Retour sur cet évènement clé qui permet faire le point sur l’année qui s’est écoulée afin de lancer les bases de celle qui débute.

C’est aux alentours de 9h30 que les premiers bénévoles de la Pépinière arrivent. Venant de Bordeaux, de Nantes ou de Paris, ils sont 13 au total à participer à la rentrée de la Pépinière. Les profils sont variés de par leur âge, leur parcours ou encore leur ancienneté dans la Pépinière. Certains comme Jean-Luc Pelletier et Catherine André sont des bénévoles de longue date, tandis que d’autres tels que Corinna Bellone et Ophélie Tran viennent d’intégrer la Pépinière.

Une occasion d’intégrer les nouveaux membres et permettre aux bénévoles de mieux se connaître

La rentrée de la Pépinière, c’est tout d’abord une occasion d’intégrer les nouveaux membres dans le dispositif et de permettre aux bénévoles de mieux se connaître. C’est dans cette optique-là que Mathilde et Estelle, (respectivement animatrice et coordinatrice de la Pépinière), débutent le programme de cette première journée. Les participants interagissent, se connaissent, parlent des raisons de leur engagement dans la Pépinière. Pour Marc Fauveau par exemple, membre de la Pépinière depuis peu, c’est « le désir d’accompagner des personnes qui souhaitent réaliser des projets de solidarité internationale, surtout après avoir vu des personnes de mon entourage qui en ont réalisé un sans avoir été correctement accompagnées. »

Partager ses expériences pour s’améliorer

La journée se poursuit par la présentation des équipes locales. Une à une, les équipes de Paris, de Nantes et de Bordeaux détaillent leur fonctionnement, leurs membres, le bilan qu’elles tirent de l’année qui s’achève et leurs ambitions pour celle qui débute. Mais plus intéressant encore, les participants partagent les difficultés qu’ils ont rencontrées.

Ces témoignages mettent en lumière un autre aspect d’un évènement comme celui-ci : le partage d’expérience. Les ateliers de l’après-midi sont justement dédiés à cela : toujours répartis par groupe, les participants listent les difficultés qu’ils ont rencontrées puis réfléchissent sur les solutions à adopter pour les surmonter. Les propositions pour améliorer l’accueil et l’accompagnement des Pépins sont nombreuses. Au sein de la Pépinière, ces temps de réflexion en commun sont essentiels. On devient tuteur par l’échange et l’apprentissage : « On a encore beaucoup à apprendre, et ce temps d’échange nous permet de nous améliorer sur de nombreux points » nous dit Corinna.

"Grâce à ce genre d’évènement, on se sent impliqués"

C’est à 17h30 que cette première journée s’achève. Les retours des participants sont unanimes : « C’était une super journée. Ça nous a permis de nous rencontrer les uns les autres. On a tous des expériences différentes au sein de la Pépinière et pouvoir les partager nous apporte beaucoup » confie Marie-Agathe. Louise Nimier, tutrice au sein de l’équipe de Paris, est également satisfaite : « Grâce à ce genre d’évènement, on se sent plus acteurs, plus impliqués que si on nous donnait simplement des feuilles de routes à appliquer. C’est la richesse de la Pépinière de pouvoir impliquer les bénévoles au cœur de la réflexion ».

Partager

facebook twitter

à consulter